mardi 28 juin 2016

"L.A. nocturne" de Miles Corwin

Je remercie les éditions Calmann-lévy de m'avoir transmis "L.A. nocture" de Miles Corwin.

***



***

Titre : "L.A. nocturne"
Auteur : Miles Corwin
Traducteur : Marie-France de Paloméra
Genre : policier
Editeur : Calmann-lévy
Parution : 2016 / 360 pages
ISBN : 978-2702158111


Ce qu'en dit l'éditeur : Los Angeles, 1946. Le jeune policier juif Jacob Silver, hanté par l’absence des siens, tente désespérément de savoir ce qu’ils sont devenus, eux qui n’ont pu fuir l’Allemagne nazie à temps. Et le sort s’acharne : lors d’un braquage, Silver ne couvre pas son coéquipier, qui meurt sous ses yeux. Écrasé sous le poids de la culpabilité, le jeune bleu craint la suspension et s’apprête à commettre l’irréparable quand il apprend son affectation aux Homicides. La raison ? Il pourrait aider à élucider le meurtre d’un journaliste s’intéressant d’un peu trop près à des projets d’urbanisme. Projets orchestrés par de puissants groupes industriels prêts à tout pour remplacer les lignes de tramway de la ville par des autobus. Aux côtés de son nouveau coéquipier, malheureusement porté sur la boisson, le jeune Silver progresse rapidement. Un peu trop sans doute pour sa hiérarchie, qui le dessaisit de l’enquête. Il se tourne alors vers le très intègre inspecteur Virgil McGregor…


Avis : Le titre; la couverture nous plongent directement dans l'ambiance de a ville. Le lecteur ne s'étonne pas de découvrir les travers de cette grande ville qu'est Los Angeles.

Tout au long du livre, on ressent la nostalgie du narrateur via-à-vis de ce nouveau L.A. d'après-guerre qui a perdu de sa magie. Ce juif Allemand, immigré aux US, est torturé par son passé et on constate également les ravages que la seconde guerre mondiale a fait sur d'autres personnages du livre. Peu en sont sortis indemnes.

L'intrigue principale (la résolution d'un double homicide) est bien menée et est complétée par une intrigue secondaire (la recherche de ses parents).

Outre une bonne intrigue policière, je retiens la nostalgie du L.A. d'avant-guerre.


2 commentaires: