mardi 8 octobre 2019

"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews

Lors de la rentrée littéraire de septembre, ma libraire a organisé une soirée où elle nous a présenté quelques-uns de ses coups de coeur de cette rentrée, dont "Ce qu'elles disent" de Miriam Toews.

***

Titre : "Ce qu'elles disent"
Auteur : Miriam Toews
Traducteurs : Paul Gagné, Lori Saint-Martin
Genre : récit, 
Editeur : Buchet Chastel
Parution : 2019 / 226 pages
ISBN : 978-2283032480


Ce qu'en dit l'éditeur : Colonie mennonite de Manitoba, Bolivie, 2009. Alors que les hommes sont partis à la ville, huit femmes – grands-mères, mères et jeunes filles – tiennent une réunion secrète dans un grenier à foin. Depuis quatre ans, nombre d’entre elles sont retrouvées, à l’aube, inconscientes, rouées de coups et violées. Pour ces chrétiens baptistes qui vivent coupés du monde, l’explication est évidente, c’est le diable qui est à l’œuvre. Mais les femmes, elles, le savent : elles sont victimes de la folie des hommes.
Elles ont quarante-huit heures pour reprendre leur destin en main. Quarante-huit heures pour parler de ce qu’elles ont vécu, et de ce qu’elles veulent désormais vivre. Analphabètes, elles parlent un obscur dialecte, et ignorent tout du monde extérieur.
Pourtant, au fil des pages de ce roman qui retranscrit les minutes de leur assemblée, leurs questions, leur rage, leurs aspirations se révèlent être celles de toutes les femmes.
Inspiré d’un fait divers réel, Ce qu’elles disent est un roman éblouissant sur la possibilité pour les femmes de s’affranchir ensemble de ce qui les entrave.
Miriam Toews est née en 1964 dans une communauté mennonite du Manitoba, au Canada. Elle est l’autrice de plusieurs romans et a été lauréate de nombreux prix littéraires, notamment du Governor General’s Award. Elle vit au Canada. Ce qu’elles disent est son premier roman à paraître chez Buchet/Chastel, et le troisième à paraître en France après Drôle de tendresse (Seuil, 2006) et Pauvres petits chagrins (Christian Bourgois, 2015).


Avis : Le livre se lit très facilement. Le rythme est lent et j'étais d'ailleurs étonnée qu'il ne retrace, au final, que deux jours.
Deux jours de réflexion, notées scrupuleusement par August, l'instituteur du village.
Le livre suit le cours de leurs pensées qui partent dans plusieurs directions : sur le pardon, la vengeance, la foi.

Un livre sur la prise de conscience d'un groupe de femmes.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire